Parler de l’agression dans les établissements scolaires

Square

Beaucoup d’enfants subissent une agression à l’école. Certains s’abstiennent de raconter ce qu’ils vivent aux adultes, de peur que l’agression s’aggrave. C’est donc aux enseignants et aux parents de porter une attention particulière à ce point et d’en détecter les manifestations. En effet, la plupart du temps, un enfant agressé peut visiblement changer de comportement. Et s’il s’agit d’agression physique, ce sera encore plus facile de le détecter. En tout cas, peu importe la forme de violence, il faut agir efficacement contre cela. L’épanouissement et le bien-être des enfants en dépendent. Cet article se consacre ainsi à l’agression dans les établissements scolaires.

Les différentes formes d’agression dans les établissements scolaires

L’agression implique une interaction entre deux individus au moins. Il y a l’auteur de l’agression d’une part et la victime d’autre part. Dans le milieu scolaire, elle peut prendre plusieurs formes. Il peut s’agir d’intimidation, de discrimination, de violence physique, d’agression indirecte, de taxage… Pour lutter contre ces formes d’agression, les parents peuvent recourir à une assurance enfant. De plus, les démarches de souscription ont été grandement facilitées pour les soutenir. Il est même désormais possible de souscrire une assurance scolaire en ligne. En tout cas, l’agression peut produire des effets traumatisants chez l’enfant concerné. C’est pourquoi il est impératif d’intervenir.

En outre les formes d’agression les plus connues sont les suivantes.

Les agressions physiques

Elles sont plus rares, mais plus graves. Cela peut aller des bousculades aux coups. En tout cas, les agressions physiques peuvent causer de sérieux dommages corporels et mentaux à l’enfant concerné.

Les agressions verbales

Les violences verbales sont les plus répandues en milieu scolaire. Elles peuvent prendre différentes formes : injures, propos diffamatoires ou discriminatoires, menaces, harcèlement, moqueries… Elles sont aussi sanctionnées par la loi.

Les agressions écrites

A présent, rares sont les enfants qui n’ont pas de téléphone. Or cela représente un autre moyen d’agression, surtout à travers les textos. La cyber agression est également une autre forme d’agression écrite à travers les moyens de communication. Ce qui la différencie des textos, c’est qu’elle est effectuée en ligne (menaces et harcèlement en ligne).

Les agressions psychologiques

C’est une forme d’agression plus subtile mais toute aussi dévastatrice. Celle-ci inclut les menaces, le dénigrement, les rumeurs, l’exclusion…

Les agressions matérielles

Cette forme d’agression est plus répandue chez les enfants en bas âge. Elle est néanmoins orchestrée par les plus grands. Il peut s’agir de vol ou de bris de différents objets, allant des fournitures scolaires à l’argent du déjeuner.

Comment lutter contre l’agression dans les établissements scolaires ?

Peu importe les formes d’agression, il faut agir pour protéger les enfants des traumatismes, souvent difficiles à surmonter. Les parents ont plusieurs alternatives pour ce faire, que les agressions aient eu déjà lieu ou non.

Souscrire une assurance scolaire

L’assurance scolaire sert à protéger un enfant en cas d’accident. Les frais médicaux sont donc remboursés en cas de blessures ou de dommages matériels. Mais à part cela, l’assurance protège également les enfants contre les formes d’agression non physiques (divers harcèlements, cyber-harcèlement…). En outre, l’assurance scolaire n’est pas obligatoire. Toutefois, la plupart des parents en souscrivent une pour protéger au mieux leurs enfants. De plus, les plus occupés peuvent désormais souscrire une assurance scolaire en ligne. Néanmoins, il est conseillé de bien choisir la formule d’assurance pour offrir une meilleure protection aux enfants.

Sensibiliser les élèves

Pour prévenir les agressions dans les établissements scolaires, le corps enseignant peut organiser des campagnes de sensibilisation. Elles peuvent servir à expliquer aux élèves ce qu’est l’agression. Mais surtout, il faut démontrer les effets néfastes que cela peut avoir sur une personne, qu’elle soit la victime ou l’instigatrice de l’agression.

Déposer une plainte

Si l’agression a déjà eu lieu, les parents de la victime peuvent déposer une plainte à l’encontre de son auteur. Cette procédure entraîne l’intervention d’un juge d’instruction et l’ouverture d’une enquête. Elle convient pour toute forme d’agression, du moment que l’enfant concerné a personnellement subi un préjudice.

Recourir à la citation directe

Cette procédure permet aux parents de la victime de s’adresser directement à la juridiction compétente. Toutefois, contrairement à la précédente, celle-ci ne convient qu’à certaines formes d’agression. Il s’agit principalement des contraventions (agressions légères) et des délits (agressions graves).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *