Bébé triparental : un couple stérile attend un bébé issu de 3 parents

Square

Après quatre cycles de fécondation in vitro, une Grecque et son partenaire n’étaient toujours pas capables de concevoir. Maintenant, cette femme de 32 ans s’avère être enceinte – et son bébé naîtra avec l’ADN de trois personnes.

Alors que d’autres couples ont utilisé la même procédure, connue sous le nom de thérapie de remplacement mitochondrial (remplacement des mitochondries), pour empêcher leur progéniture d’hériter de maladies génétiques, c’est la première fois que des chercheurs l’utilisent dans un essai clinique pour traiter l’infertilité – indiquant un nouvel espoir pour les millions de couples à travers le monde qui éprouvent des difficultés à concevoir.

Un soupçon d’ADN pour aider Mère Nature

Lors de la procédure de remplacement mitochondrial, les médecins placent le noyau de l’ovule d’une femme dans un ovule donneur dont le noyau a été enlevé. Ils fécondent ensuite l’ovule avec du spermatozoïde et l’implantent dans le corps de la femme. Cela permet à un couple d’éviter que leur bébé n’hérite de problèmes de santé liés aux mitochondries de la femme.

Comme le noyau contient 99,8 % des gènes d’une personne, le bébé héritera de la majeure partie de l’ADN de sa mère avec celui de son père, mais il aura aussi un peu d’ADN du donneur, d’où le terme de bébé à 3 parents ou bébé triparental.

En 2016, une Jordanienne avait déjà donné naissance au premier bébé conçu grâce à une thérapie de remplacement mitochondrial. Cependant, elle a subi l’intervention pour empêcher son enfant d’hériter du syndrome de Leigh, une anomalie génétique qui aurait été fatale pour le bébé.

L’année suivante, des médecins ukrainiens ont affirmé avoir aidé un couple stérile à concevoir grâce à cette même thérapie. Néanmoins, cette grossesse ne faisait pas partie d’un essai clinique formel, contrairement à l’essai actuel, qui a été entrepris par une équipe de l’organisme espagnol Embryotools et de l’Institute of Life grec.

Un nouvel espoir pour beaucoup de parents

La grossesse de cette femme pourrait être un signe d’espoir annonçant que la thérapie de remplacement mitochondrial peut être une option viable pour les couples infertiles – mais il reste encore un long chemin à parcourir avant qu’elle ne devienne un traitement commun pour l’infertilité, selon Gloria Calderón, directrice d’Embryotools.

Cette procédure est une technique expérimentale qui fait actuellement l’objet d’un processus de validation.

Nous devons être prudents sur tous les aspects. Il ne peut pas simplement être intégré dans la routine d’une clinique de procréation assistée du jour au lendemain. Cela exige une technologie spéciale et une formation poussée des chercheurs, avec une longue courbe d’apprentissage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *